•  

    Deux femmes qui se tiennent la main
    Ça n'a rien qui peut gêner la morale

    Non, si elles ne font que se tenir la main, absolument pas. La morale est sauve


    Là où le doute s'installe
    C'est que ce geste se fasse sous la table.

    Mais qui a bien pu écrire une phrase aussi grammaticalement bancale ?

    Quand elles sont seules, comme elles n'ont rien à perdre
    Après les mains, la peau de tout le reste

    Hannnnn ! Mais c'est des gouines ! J'avais pas compris le problème jusqu'à maintenant. Je trouvais ça presque mignon, deux bonnes copines qui se tiennent par la main, ça ressemblait presque à du Yves Duteil. Mais là, ça devient carrément scabreux.


    Un amour qui est secret
    Même nues, elles ne pourraient le cacher

    Mais elles sont à poil en plus !!! C'est plus une chanson de Mecano, c'est une production Marc Dorcel


    Alors, sous les yeux des autres
    Dans la rue, elles le déguisent en amitié
    L'une des deux dit que c'est mal agir
    Et l'autre dit qu'il vaut mieux laisser dire.

    Elles discutent, elles discutent, mais finalement, elles baisent quand ? Non parce que la situation commence à être bandante quand même ! Deux filles à poils qui se passent des mains partout...

    Ce qu'ils en pensent ou disent ne pourrait rien y faire
    Qui arrête les colombes en plein vol

    Excellente question; mais qui pourrait donc bien arrêter deux colombes en plein vol ? Et bien... un chasseur avec un gros fusil par exemple (Oh oui, toi et ton gros fusil)


    A deux au ras du sol
    Une femme avec une femme
    Et en plus elles font ça par terre...


    Je ne veux pas les juger
    Je ne veux pas jeter la première pierre

    La première, certainement pas. Mais les 1248 suivantes, pas de problème. Ce ne sont que des lesbiennes après tout.


    Et si, en poussant la porte
    Je les trouve bouche-à-bouche dans le salon
    Je n'aurais pas l'audace de tousser

    Ah ben certainement pas ! Voir deux filles se gouiner, ça me donne pas la bronchite, ça me fout une gaule !!! Le bras d'un gamin de 12 ans avec une tête de lièvre au bout !


    Si ça me dérange, je n'ai qu'à m'en aller

    Oh mais ça ne me dérange pas du tout ! Au contraire ! Allez Josy, mets-y un doigt ! Oh oui continue, le poignet ! O Josy tu m'rend dingue, met le bras ! Et la tête alouette ! Oh oui c'est trop bon les filles !!! Gouinez-vous encore et encore, j'appelle les copains : Eh Roger, y'a deux filles qui se gouinent dans mon salon, t'ammène la Kro et tu viens matter avec moi ?


    C'était une explication de texte pas lourde du tout, offerte par la réminiscence de Roger qui est en moi.


    Matthieu


    6 commentaires
  •  

    C'est parti pour un grand moment de poésie, avec l'explication de texte d'une chanson de Francis Cabrel: l'encre de tes yeux...


    Puisqu'on ne vivra jamais tous les deux

    Effectivement. Et nous allons bientôt découvrir pourquoi. Mais pour l'instant, laissons l'intensité dramatique monter peu à peu.


    Puisqu'on est fou, puisqu'on est seul

    Enfin, sur les deux, y'en a essentiellement un de fou. Vous allez voir.


    Puisqu'ils sont si nombreux
    Même la morale parle pour eux

    Effectivement. Parce que la zoophilie, c'est mal.


    J'aimerais quand même te dire
    Tout ce que j'ai pu écrire
    Je l'ai puisé à l'encre de tes yeux

    L'encre de tes yeux... Voilà la clé de cette chanson... L'énigme est enfin résolue. Cette phrase semble ne rien vouloir dire, puisque que personne n'a d'encre dans les yeux. Personne, sauf... Et oui ! Francis Cabrel, à une époque, était tombé fou amoureux d'un poulpe. Oui, l'encre de ses yeux...

    Poulpe qui, quelquefois, lui balançait des jets d'encre, ce que Cabrel prenait pour des signes d'amour.

    Je n'avais pas vu que tu portais des chaînes
    La première fois que j'ai entendu cette chanson, j'ai compris "je n'avais pas vu que tu portais des chiennes". Et ça m'avait surpris, de me rendre compte que Francis Cabrel n'avait pas remarqué que l'autre se trimbalait avec des caniches au bout des bras. Mais non. C'est moi qui avait mal compris.

    Et puis, ce ne sont pas des chaînes... Ce sont des tentacules ! Mais Cabrel avait du mal ensuite pour la rime : " je n'avais pas vu que tu portais des tentacules ", c'est pas évident pour la phrase d'après... Parce que à part "recule"...


    A trop vouloir te regarder
    J'en oubliais les miennes

    Puis niquer un poulpe, c'est bien parce que quand il te caresse, t'as l'impression qu'ils sont plusieurs. Du coup, on pouvait entendre Cabrel murmurer " oh mais ma parole, vous êtes combien ? " lors de sa relation enflammée avec le mollusque.


    On rêvait de Venise et de liberté

    Et oui. Cabrel rêvait d'emmener son poulpe à Venise, passer un week-end en amoureux. Malheureusement, le pauvre poulpe a fini en beignets...


    J'aimerais quand même te dire
    Tout ce que j'ai pu écrire
    C'est ton sourire qui me l'a dicté

    Ah oui... le fameux sourire du poulpe...


    Tu viendras longtemps marcher dans mes rêves
    Tu viendras toujours du côté
    Où le soleil se lève

    Oui, il faut le savoir, le pauvre poulpe, qui vient toujours de l'est (ça ressemble à un dicton : le poulpe vient toujours de l'est) est à l'inverse de Francis Cabrel qui lui, est complètement à l'ouest.


    Et si malgré ça j'arrive à t'oublier
    J'aimerais quand même te dire
    Tout ce que j'ai pu écrire
    Aura longtemps le parfum des regrets

    Oui, le parfum des regrets, certes, mais le parfum de la marée, sûrement ! Ca me rappelle une copine... enfin bon, c'est autre chose.


    Matthieu


    6 commentaires
  • Même les plus grands peuvent chuter. Les meilleurs peuvent avoir un passage à vide. Les élites peuvent trébucher, sans qu'on en connaisse vraiment la raison.

    Aujourd'hui, je vous propose de nous pencher sur une chanson qui restera, en quelques sortes, une épine dans le pied de l'artiste qui a poussé l'intrépidité jusqu'à l'interpréter.

    Aujourd'hui, explication de texte d'une chanson de la grande, de la sublime, de l'exceptionnelle Michèle Torr : Mélancolie Femme

    Sur une plage de Normandie

    Soleil de plomb l'après-midi

    Il m'a parlé alors je l'ai suivi

    Exercice : vous expliquerez en quoi la dernière phrase démontre clairement que Michèle Torr n'est pas une femme facile


    De qui était cette mélodie

    De Pachelbel, de Vivaldi ?

    On aurait pu se croire en Italie

    C'est vrai... Surtout dans le nord de l'Italie. Dans l'extrême nord de l'Italie même. Parce que Pachelbel est né (et mort) à Nuremberg. Soit un peu plus de 700 bornes de Turin.


    Dans ce décors de Fellini

    Bateaux brisés, nuages gris

    Je croyais qu'il y avait un soleil de plomb... Bon, en même temps, en Normandie, la météo est changeante


    On jouait la strada pour moi aussi

    Il m'a joué la comédie

    La plage était nue sous la pluie

    Bon, ben maintenant il pleut... On se croirait en Bretagne. Puis la plage nue, c'est vaguement érotique. Mais alors très vaguement. Aussi érotique qu'un masturbateur à paillettes pour les soirs de fête.


    Le ciel était couleur de nostalgie

    Et toujours cette mélodie

    De Wagner ou d'Albinoni

    Oui, c'est vrai, on peut facilement confondre les deux. En effet, qu'est-ce qui ressemble plus à l'Adagio d'Albinoni que les Walkyries de Wagner ?


    Je l'entends quelquefois après minuit

    Oui, elle est complètement névrosée la pauvre Michèle Torr, des fois, la nuit, elle entend une musique et elle sait pas si c'est d'un compositeur allemand ou italien, mais elle se rappelle qu'elle a niqué avec un type qu'elle connaissait pas en Normandie, et que c'était bien, qu'elle s'était enfin sentie femme...


    Le train qui rentrait sur Paris

    Aurait dû m'emporter aussi

    J'ai laissé une rose en Normandie

    La " feuille de rose de Michèle Torr en Normandie ", spécialité que la grande Lulu de Caen se fera un plaisir de vous faire (50 € + prix de la chambre)


    Pour une mélancolie femme

    C'est le vague à l'âme

    Qui fait passer les jours d'été aux jours de pluies

    La station météo interne de Michèle Torr semble souffrir de légers problèmes de pression...


    Pour une mélancolie femme

    C'est du rire aux larmes

    Qui fait passer les jours d'été aux jours de pluies

    Alors là... Ca veut rien dire de chez rien dire... Non parce que le reste, ça veut pas forcément dire grand chose, mais au moins les mots placés les uns à la suite des autres peuvent se comprendre. Là, rien...


    Mélancolie, mélancolie, pour une femme


    Sur une plage de Normandie

    Soleil de plomb l'après-midi

    Il m'a parlé alors je l'ai suivi

    Ben ça l'a marquée la Michèle...


    Matthieu


    2 commentaires
  •  

    Au bout du téléphone, il y a votre voix

    Effectivement, c'est très souvent le cas. Beaucoup plus rarement, au bout du téléphone, il y a une clé de 12. Mais ça sert à rien. Parce qu'une clé de 12 a autant de conversation que Diam's.


    Et il y a des mots que je ne dirai pas
    Ben lesquels ? J'aimerais bien savoir moi


    Tous ces mots qui font peur quand ils ne font pas rire

    Ah... un indice... Je réfléchis... J'ai trouvé !

    Il lui dit « je vais te péter le cul ma salope ».

    C'est vrai que ça doit être flippant d'entendre ça à 3 plombes du mat. Ou alors, ça fait rire.


    Qui sont dans trop de films, de chansons et de livres
    Je voudrais vous les dire
    Et je voudrais les vivre

    Et ben ma cochonne...


    Je ne le ferai pas,
    Je veux, je ne peux pas

    Ce texte a été chanté par Françoise Hardy, ce qui est bien. En effet, une telle indécision ne peut relever que d'une femme. Et Françoise Hardy est une femme, même si elle s'appelle comme un comique anglais des années 50.


    Je suis seule à crever, et je sais où vous êtes
    J'arrive, attendez-moi, nous allons nous connaître

    Elle est chaude comme la braise là...


    Préparez votre temps, pour vous j'ai tout le mien
    Je voudrais arriver, je reste, je me déteste
    Je n'arriverai pas,
    Je veux, je ne peux pas
    Elle sait pas ce qu'elle veut. Doit-être porter le petit haut noir qui lui fait un si joli dos mais masque sa poitrine ou ce top rose qui lui fait d'énormes nichons mais la boudine un peu au niveau des hanches, un peu comme Catherine Deneuve dans 8 femmes ? Elle ne sait pas.


    Je devrais vous parler,
    Je devrais arriver
    Ou je devrais dormir

    C'est ça, prend un Lexomil et tais-toi.


    J'ai peur que tu sois sourd
    Donc, on résume. Le gars est au téléphone. Donc, a priori, s'il téléphone, il y a assez peu de chances qu'il soit sourd. Non, à mon avis, elle est en train de le soûler là, à pas savoir ce qu'elle veut.


    J'ai peur que tu sois lâche
    J'ai peur d'être indiscrète
    Je ne peux pas vous dire que je t'aime peut-être
    Elle est totalement névrosée la pauvre fille là...


    Mais si tu crois un jour que tu m'aimes
    Ne crois pas que tes souvenirs me gênent
    Et cours, cours jusqu'à perdre haleine

    Alors là, il faut bien écouter. Oui parce que moi, au début, je croyais qu'elle lui disait « et cours, cours, jusqu'à perdre Hélène ». Mais ça ne veut rien dire. Enfin, je trouve


    Viens me retrouver
    Si tu crois un jour que tu m'aimes
    Et si ce jour-là tu as de la peine
    A trouver où tous ces chemins te mènent

    A Rome !!! C'est pourtant facile ! Tous les chemins mènent à Rome !


    Viens me retrouver
    Si le dégoût de la vie vient en toi
    Si la paresse de la vie
    S'installe en toi
    Pense à moi
    Pense à moi

    Oui, en fait, faut qu'il pense à elle juste si il est dégoûté, parresseux, déprimé... Ca doit être une pharmacienne qui chante ça. Le titre de la chanson, ça aurait pu être: « laisse-moi être ton Temestat » ou bien « Je veux devenir ton Prozac mon amour ».

    En même temps, vu comme elle est indécise et vu que lui doit venir que s'il est aussi triste qu'une branlette un samedi soir... Ben si ils font des petits, faudra qu'ils fassent comme Christine Villemin, parce que ça va pas être possible sinon...


    Matthieu


    3 commentaires
  • Ma petite maman chérie,
    mon tout petit frère adoré,

    mon petit papa aimé,
    Oui, qu'on se le dise, Guy Môquet aimait tout le monde. Quoi que ses parents plus que les allemands. Bizarrement.


     

    Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c'est d'être courageuse. Je le suis et je veux l'être autant que ceux qui sont passés avant moi.
    Mais oui, la petite maman va être bien courageuse, le petit papa aussi, le petit frère aussi, bref, tout le monde va être bien sage.

    Certes, j'aurais voulu vivre.
    Certes.

    Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c'est que ma mort serve à quelque chose.
    Ben ça servira au moins à boucher un trou dans l'emploi du temps de lycéens incultes qui ne maîtrisent pas le b-a-ba de l'histoire, et qui pensent que la seconde guerre mondiale a été inventée pour le plaisir de pouvoir jouer à Medal Of Honor sur PS2.

    Alors attention, on attaque la série des bisous:
    Je n'ai pas eu le temps d'embrasser Jean. J'ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant au véritable je ne peux le faire hélas !
    Voilà, il a fait des bisous à tout le monde... Lorie doit être une descendante de la famille, c'est pas possible autrement: moi j'ai besoin d'amour, des bisous des câlins j'en veux tous les jours...

    J'espère que toutes mes affaires te seront renvoyées elles pourront servir à Serge, qui je l'escompte sera fier de les porter un jour.
    Voilà un gars qui a combattu pour la France libre, qui a résisté face à l'occupant et dont les dernières pensées sont uniquement tournées vers les vêtements que son frère pourra porter lorsqu'il aura atteint son âge. C'est plus Guy Môquet, c'est un chiffonier d'Emmaüs !

    A toi petit papa, si je t'ai fait ainsi qu'à ma petite maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j'ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m'as tracée.
    Encore un coup de petit papa et de regrets... Si y'a un jour un prix de la nunucherie, je propose qu'on l'attribue à Guy Môquet (qui avait toutefois une circonstance atténuante: à savoir qu'il était communiste).

    Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j'aime beaucoup. Qu'il étudie bien pour être plus tard un homme.
    Après un passage par les vêtements, puis les petits parents (c'est pas possible, ce garçon était le fils caché qu'ont eu Mimi Mathy et Simon le magicien), on revient au frère qui doit bien travailler à l'école parce que son grand frère qui lui a donné ses vêtements l'aimait beaucoup.

    17 ans 1/2, ma vie a été courte, je n'ai aucun regret, si ce n'est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Tintin, Michels.
    Avec Tintin ? L'accordéoniste de Pascal Sevran a été fusillé par les allemands en même temps que Guy Môquet ? Ben on n'est pas bien Tintin.

    Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c'est d'être courageuse et de surmonter ta peine.
    Bon, alors là, la mère, si elle a pas compris qu'il fallait qu'elle soit courageuse, elle est mûre pour regarder TF1. Ou pour être communiste.

    Je ne peux en mettre davantage.
    Tiens, j'avais un copain qui disait ça à une fille que je connaissais... Bon, c'est vrai que le pauvre garçon n'avait pas été honorablement doté par la nature. Mais quand même. Parler de cul alors qu'on va mourir.

    Je vous quitte tous, toutes, toi maman, Serge, papa, en vous embrassant de tout mon cœur d'enfant. Courage !
    Oui, il faut savoir que Guy Moquet souffrait d'une malformation cardiaque. Son coeur ne pouvant plus battre tout seul, on lui a adjoint les services d'un autre coeur. Malheureusement, c'était la guerre et tout, et le seul coeur disponible était un coeur de babouin. C'est pour éviter la méprise qu'il écrit "je vous embrasse de mon coeur d'enfant", pour qu'on sache bien que les bisous ne viennent pas de son coeur de babouin.


     

    Votre Guy qui vous aime.

    Guy


    Oui, compte tenu de la phrase qui précède, cette signature semble tout à fait logique. En effet, on aurait eu du mal à imaginer qu'il écrivit:
    "Votre Guy qui vous aime

    Gérard"


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique