• Les 3 grâces (Rubens) 

    Ce tableau représentant 3 femmes rondes (nous y reviendrons) qui sont en fait les filles de Jupiter (eh oui !) est une huile sur bois de 221 x 181 cm qui se trouve au musée du Prado à Madrid, tableau peint par Pierre Paul Rubens, un flamand pas rose mort en 1640.



    Donc, on voit trois femmes pleines de graisse qui se regardent mutuellement; ces trois femmes sont, de gauche à droite: Henriette, Jeannine et Marie-Dominique. Elles tiennent un voile, qui, curieusement, passe par le postérieur de Jeannine. C'est la raison pour laquelle elle regarde en arrière, puisque Henriette vient de lui dire (d'où son sourire espiègle): « Jeaninne, t'as ton voile qui te rentre dans le cul ». Si elle avait connu MSN, elle aurait pu avoir le plaisir de rajouter: « CMB ».

    Marie-Dominique, à droite, est inquiète; elle vient de demander à ses copines: « Dites-donc les filles, vous me trouvez grosse vous ? », ce à quoi les deux autres ont donné des réponses de femme. Qu'est-ce qu'une réponse de femme ? C'est une phrase qui essaie de dire une chose avec un euphémisme tellement énorme qu'on se rend bien compte qu'elle pense le contraire. Donc, elles lui font les réponses suivantes, typiquement féminines:

    -
    Mais non t'es pas grosse, t'es juste un peu ronde. Puis y'a des hommes qui aiment les rondeurs (traduction: non, t'es pas grosse, t'es énorme. Et à moins de tomber sur un malade qui fantasme sur les pachydermes, t'as aucune chance de ramasser un mec ma chérie)

    -
    Noonnnn, t'es pas grosse, et puis, c'est bien réparti (seconde partie de la phrase qui vient contredire la première)

    -
    Non, ça te donne un certain charme (de toutes façons, t'es moche et t'as les cheveux pas lavés, alors le surpoids permet aux gens de ne pas voir le reste)



    Donc, les trois grâces Henriette, Jeannine et Marie-Dominique se demandent si elles ne sont pas trop grosse. Raison pour laquelle, dans une suite à ce tableau malheureusement brûlé à la Révolution, on voyait les trois grâces devant une femme très maigre, à l'air méchant, au visage anguleux et sans aucun maquillage qui aurait pourtant permi d'adoucir la dureté de ses traits. Le titre de ce tableau ? Les trois grâces chez la nutritionniste.



    On peut aussi constater deux choses: les trois grâces ont le berlingot totalement épilé, comme quoi la cire chaude VEET avait déjà été inventée. On remarque aussi que Marie-Dominique semble palper le sein de Jeannine. Alors soit Marie-Dominique recherche une grosseur chez Jeannine, soit le lesbianisme avait déjà été inventé. Je pencherais plutôt pour la deuxième hypothèse, le lesbianisme datant des dix plaies d'Egypte; en effet, c'était la onzième plaie; le pharaon, après avoir été frappé 10 fois de 10 maux différents refusait de laisser partir les hébreux. Du coup, Dieu a dit: « si tu ne laisse pas sortir mon peuple, j'enverrais dans ton pays des lesbiennes, créatures gaulées comme des camionneurs qui ne sourient jamais et ne portent pas de soutien-gorge ». Ce à quoi le pharaon, terrifié, a répondu: « voici les clefs / de ton bonheur / il n'attend plus que toi... ah ah » en donnant les clés de la liberté à Moïse.



    Matthieu


    7 commentaires
  • Gabrielle d'Estrées et une de ses soeurs (1595) 

    Ce tableau est une huile sur toile dont les dimensions sont 95 x 125, qui se trouve au musée du Louvre. Il représente une brune pinçant le téton d'une espèce de blonde dans une baignoire dans laquelle on a plongé un drap, qui a la coiffe affro ds Jackson five dans les années 70, mais comme elle est blonde, elle est un peu ridicule du coup. Cette blonde un peu ridicule tient dans sa main gauche un anneau, tandisqu'une vieille est courbée sur son ouvrage au coin du feu en arrière plan.


    Donc, la personne qui a fait couler le bain (oui, les filles ne l'auraient pas fait elles-mêmes, elles étaient nobles) a eu l'idée saugrenue de foutre du linge à tremper dans la baignoire. Bon, c'est pas hyper hygiénique, puis en plus, y'aura intérêt à brosser le drap, sinon il risque d'être pleins de poils de chattes restés en rade après le débouchage de la baignoire.


    La blonde doit être légèrement SM, elle a l'air d'apprécier de se faire travailler le téton. Elle tient un anneau, dont elle souhaiterait probablement se servir comme cockring sur son amant, le bon roi Henri IV. Pour les non-inités, un cockring est un anneau en métal ou en caoutchouc ou lien en cuir, généralement à pressions, à placer à la base du sexe de l'homme avant érection, en vue de renforcer et de prolonger cette dernière pour accroître le plaisir au moment de l'orgasme (wikipédia).


    Je vous dis, entre le cockring et le travail du téton, la Gabrielle d'Estrées, elle devait être un peu SM quand même. Il lui manquait plus que la cagoule en cuir noir avec une fermeture éclaire sur la tête et la boule rouge dans la bouche pour parfaire sa tenue.


    Bon, sinon, y'a un truc hyper choquant dans ce tableau: pendant que les deux se gouinent dans la baignoire, derrière, y'a la vieille qui fait son tricot au coin du feu. Pas gênée, pas du genre à dire 'bon ben visiblement je dérange les filles, je me tire', non, elle reste là, et elle continue tranquillement son ouvrage. En jetant, certainement, un coup d'oeil de temps en temps. Oui, une voyeuse.


    Voilà donc un tableau qui nous montre une scène SM au premier plan avec une vieille lubrique derrière, qui, l'air de faire son tricot, mate en loucedé les deux filles en train de se gouiner dans une baignoire.


    La semaine prochaine, un autre décriptage culturel...


    Matthieu


    7 commentaires
  • Explication de gravure: La liberté guidant le peuple 

    Il est des symboles qui transcendent l'oeuvre de l'humanité entière (oui, cette phrase déchire sa race et non, elle ne veut strictement rien dire). Peint en 1830 par Eugène Delacroix, ce tableau est une huile sur toile de 260 x 325 cm. Il représente la liberté, étendard dans la main droite et baillonette dans la main gauche qui guide le peuple républicain. Voilà, c'est fait pour les généralités.



    Une chose que personne n'a jamais remarqué, et qui pourtant est à un niveau symbolique ce que la première éjaculation est à la masculinité, un petit événement qui a pourtant des conséquences terribles (un battement d'ailes de papillon au Brésil ne peut-il d'ailleurs pas provoquer une tornade au Texas ?). Oui, un détail sur lequel personne ne s'est penché mais qui, une fois dit, change toute la vision qu'on a de ce tableau. Regardez bien la Liberté. Oui, là, au niveau de sa main droite, cele qui tient l'étendart. Vous avez vu ? Et oui, on nous l'a caché pendant des siècles, mais grâce à la magie d'internet, je suis maintenant en mesure de vous révéler ce secret que des complots judéo-maçonniques avec les sages de Sion, le FN et les communistes ont tenté de cacher à l'humanité toute entière:

    LA LIBERTE A DES POILS SOUS LES BRAS...



    Rien que de le dire, j'en ai le vertige. Parce que c'est vrai, c'est un détail du tableau, mais maintenant que je le sais, je le regarderai plus comme avant. En plus, la Liberté ne porte pas de soutien-gorge. A coup sûr, la Liberté n'a pas la chatte épilée en ticket de métro et une fois qu'elle se met en maillot de bain, elle a le foin qui dépasse de la charrette.

    Deux possibilités: soit la Liberté est tellement féministe qu'elle ferait passer la pauvre Isabelle Alonso pour une dangeureuse traîtresse rendue à la cause des machos, soit elle est lesbienne. Et en plus, preuve supplémentaire pouvant accréditer cette thèse: la Liberté ne sourit pas.



    Question philosophique donc: la Liberté, qui, rappelons-le, ne s'épile pas sous les bras et ne porte pas de soutien-gorge, la Liberté peut-elle être lesbienne ?

    Vous avez deux heures.



    Matthieu


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique