• sur Ingrid Betancourt...

    Je ne sais pas comment entrer en contact avec les rebelles maoïstes des FARC. Mais si jamais, par un heureux hasard ils viennent faire un tour sur ce blog, après avoir marché 15 jours dans la jungle pour parvenir à un endroit dans lequel on trouve une connexion à internet, je voudrais leur demander une chose. Et quand je dis demander, je suis en dessous de la réalité. Messieurs les FARC, je voudrais vous implorer, à genou en embrassant un portrait de la fesse gauche de Che Guevara s'il le faut : surtout, s'il vous plaît, ne libérez pas Ingrid Betancourt.

    Non parce que je vois le tableau d'ici : elle va être libérée, rapatriée vers la France à bord de l'avion présidentiel, elle descendra chancelante avant de serrer ses enfants dans ses bras, et nous aurons droit à ces images dans les journaux télévisés avec une petite musique en bruit de fond pour nous montrer combien c'est émouvant.

    Ensuite, le même journal télévisé soulignera la dignité exemplaire de l'otage pendant sa détention, soulignant le poids qu'elle aura perdu, ses diarrhée et maux de ventre, l'absence de serviettes hygiéniques contraignant les femmes otages des FARC à se foutre des feuilles de bananiers dans la chatte.

    Puis elle sera invitée chez Ardisson (qui lui demandera si sucer les FARC c'est tromper), Ardisson qui la fera applaudir de la même manière qu'il fait applaudir les stars du pornos ou les chanteurs à la con. Après Ardisson, elle ira chez Ruquier, où une Isabelle Alonzo déchaînée lui dira qu'elle est un modèle pour les femmes, un peu comme si l'autre avait choisi d'aller passer toutes ces années dans la jungle avec des rebelles pas rasés et qui sentent sous les bras pour le plaisir. Gérard Miller, entre deux whisky, lui démontrera que le guerillero FARC est un phantasme, avant que Steevy ne lui pose une question édifiante, du style " comment faisiez-vous pour vous brosser les dents ? " et que Ruquier ne conclue avec un jeu de mot sur les FARC qui ne fera rire que lui et Isabelle Alonzo.

    Puis après, l'atmosphère se calmera un peu, le temps qu'on découvre avec qui Nicolas Sarkozy veut qu'on croit qu'il couche, quel est le nouveau vainqueur de la nouvelle star ou combien est rémunéré un tailleur de pipe jurassien.

    Et l'autre aura écrit un livre, en collaboration avec Florence Aubenas (Florence et Ingrid, même combat) sur la détention. Et le délire médiatique reprendra. Avant que Ingrid Betancourt ne retourne en Colombie poursuivre sa campagne électorale interrompue pour des raisons indépendantes de sa volonté.

    Et puis... Si Ingrid Betancourt est libérée, la France va accueillir des membres des FARC. Vous imaginez ? Je sais bien qu'on n'a plus beaucoup de communistes en France, mais de là à en importer...

    Matthieu


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    emanu124
    Vendredi 21 Décembre 2007 à 12:17
    Comment te dire Marcellus. Là tu fais vraiment dans le politiquement très incorrect. Il ne fait pas bon critiquer Sainte Ingrid en ce moment. Je suis très partagée sur ce sujet. Je plains cette femme de tout mon coeur, d'un autre côté, je trouve qu'on en fait peut-être un chouïa trop autour de son cas. Je trouve ça limite suspect. Sa famille a visiblement des moyens et des connexions. Ce qui est loin d'être le cas de tous les otages. Mais tu a raison sur un point quand elle va être libérée (le plus vite possible quand même on lui souhaite) on va avoir droit à une avalanche de guimauve indigeste...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :