• Sabrina ne mangeait déjà pas les huîtres...

    ceci est la photo très moche d'une huître
     

    Max et Sabrina auraient pu former un super couple. Tout aurait pu bien marcher entre eux. Parce qu'ils avaient des goûts très proches: en matière de culture (ils étaient tous les deux fans de « Qui veut gagner des millions? »), de littérature (à eux deux, ils possédaient l'ensemble des oeuvres d'Amélie Nothomb) et surtout de grande musique; c'est d'ailleurs ce qui les avaient réunis. Ils s'étaient rencontrés à la FNAC, chacun voulant acheter « Baryton », l'album de Florent Pgny reprenant les plus grands airs d'opéra. Ils s'étaient retrouvés là, devant le rayon « meilleures ventes » de la FNAC, tous les deux... Et un peu comme dans un film (ou comme dans une histoire à la con qui ne trouve son intérêt que dans la phrase du titre qui servira un peu plus tard dans un moment qui se voudra drôle, si si, vous verrez), il n'en restait qu'un seul.


    ***


    Max n'était pas quelqu'un de spécialement galant. Il n'en avait pas besoin. La galanterie... Cette chose étrange qui permet aux hommes moins beaux de faire croire aux femmes qu'elles le sont encore plus. Ses yeux bleus comme les mers profondes de l'océan indien (il adorait cette phrase qu'il avait lu dans les petites annonces de rencontres, il trouvait qu'elle lui correspondait tout à fait en plus d'être poétique) et son visage poupin (il était beau comme un enfant fort comme un homme etc...) ne rendaient pas indispensable une quelconque marque d'intérêt envers les filles, qui, en général, le répéraient avant qu'il n'ait besoin de tenter la moindre manoeuvre d'approche. Bref, Max était ce qu'on appelle un beau mec. Pas galant. Il avait donc saisit le cd sous l'oeil déçu de Sabrina.


    ***


    Sabrina, de son côté, n'était pas quelqu'un de spécialement discret. Une voix légèrement suraigüe, juste ce qu'il faut pour trouver pourquoi cette fille se trouvait être plus énervante qu'une allergie à la bière, des manières qui n'en étaient pas, mais un corps harmonieux, avec des jambes qui prolongeaient une jupe très courte qui moulait un cul à gagner de l'or; elle possédait des seins tout à fait convenables dans un top rose fluo qui ne l'était pas. Bref, quand elle vit que Max avait saisi sous son nez le dernier exemplaire du cd de Florent Pagny, elle lui dit, avant toute l'absence de délicatesse dont elle était capable:

    « Eh, mais je le veux, je me suis pas tapé le métro depuis boulevard d'Anvers pour me le faire piquer sous la gueule! »

    Après une discussion qui permit à l'un et à l'autre d'apprécier l'autre (et l'un), ils partirent boire un verre, puis décidèrent de se revoir. Le premier soir, ils ne couchèrent pas ensemble. Parce que Sabrina, qui n'aimait rien tant que fumer au volant en coinçant sa cigarette au coin de sa bouche, Sabrina donc avait lu que c'était vulgaire. Et Sabrina détestait autant la vulgarité qu'elle adorait la tenue de goût de Lio, un soir par semaine, dans l'émission « La nouvelle star ». Lio était le plus souvent vêtue d'une sobre mini-jupe imitation léopard assortie à un haut blanc avec deux traces de mains sur la poitrine. Et ça, pour Sabrina, c'était la classe.


    ***


    Max avait le temps. Il ne couchait pas le premier soir. Jamais. Et quand il couchait avec une fille, il était rare qu'il y ait un deuxième soir. Parce qu'être avec une fille, c'était un truc à emmerdes. Sauf avec Caroline... Mais Caroline s'était barrée, laissant Max ressentir ce que d'autres filles avaient ressenti à son égard, et il avait cru en crever. Une écoute compulsive des albums d'Hélène Séguara avait heureusement réussi à le sortir d'une dépression qui l'avait menacée pendant au moins 3 jours.

    Mais maintenant, il allait mieux. Et il comptait bien se taper Sabrina, qui avait l'air d'une fille qui en veut. Peut-être même pourrait-il y avoir une deuxième fois avec elle, ne serait-ce qu'à cause de leurs goûts communs ennumérés au début de cette histoire.


    ***


    La première nuit qu'ils passèrent ensemble, si tant est que l'on puisse appeler le temps qui sépare minuit de minuit trente une nuit, fut décevante et improductive. Car c'est après cette demi-heure de folle passion qu'ils se quittèrent à jamais.

    Alors que Sabrina était en train de pratiquer une fellation après une chevauchée assez fantastique, Max sentait que la façon dont cette fille suçait le rendait fou. Au sens littéral. Elle pompait comme si cette bite était son dernier repas, puis s'arrêtait brusquement en soufflant bruyamment. Et ça, ça énervait Max. Alors qu'il aurait pu tenir des heures dans la bouche de cette enragée, voilà qu'elle faisait des pauses asthmatiques en se mettant à souffler comme un phoque. Au bout d'un moment de cette comédie, il ne tint plus:

    « y'a quelque chose qui va pas ? »

    « Ben c'est pas ça, mais y'a un truc qui faut que je te dise »

    Oh putain, pensa Max, en plus elle veut parler. Et maintenant. Comme si elle pouvait pas finir le boulot et parler après. Je veux bien rester même une demi-heure s'il le faut, mais qu'elle continue et surtout qu'elle ne s'arrête plus...

    « Ben vas-y »

    « Tu me préviens avant de jouir... Parce que moi, j'avale pas. Je mange déjà pas les huîtres parce que je trouve ça dégueulasse, alors ça... »


    ***


    Max et Sabrina auraient pu former un super couple. Tout aurait pu bien marcher entre eux. Parce qu'ils avaient des goûts très proches: en matière de culture (ils étaient tous les deux fans de « Qui veut gagner des millions? »), de littérature (à eux deux, ils possédaient l'ensemble des oeuvres d'Amélie Nothomb) et surtout de grande musique.


    Malheureusement, Sabrina n'aimait pas les huîtres.


    Matthieu


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Saru
    Dimanche 18 Mai 2008 à 18:29
    Mais quelle connasse cette Sabrina! (celà dit elle a raison : les huîtres, c'est dégeulasse.)

    Ca m'rapelle cette blague super légère :

    La différence entre une huître et une moule?
    Cinquante ans.
    2
    abs
    Mercredi 21 Mai 2008 à 12:52
    J'en peux plus de rire.
     
    Tu crois que Sabrina souffre ?
    3
    Lyne
    Dimanche 1er Juin 2008 à 13:42

    J'adore. Ton texte. Pas les huîtres !
    C'est bon de te retrouver.

    4
    lefredo
    Mardi 5 Août 2008 à 11:34
    Merde, je me suis trop marré.
    Ca existe vraiment des comme ça?
    Ca faisait longtemps, suis content que tu aies rompu le silence matthieu...et de manière toujours aussi cynique...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :