• Histoire d'une prostituée (Clara Dupont-Monod)

     

    Au même titre que Cécilia, Clara est un prénom typique pour une pute. Sauf que l'auteur de ce livre n'est pas prostituée. Elle est une journaliste BSTR (Bien Sous Tous Rapports) qui se lève un jour en se disant que ça serait chouette de faire un truc bien raccoleur, style discuter avec une pute pour en savoir plus. C'est ce qu'elle a fait, et le résultat se présente sous la forme d'un petit livre de 177 pages, dans lesquelles elle parle de Iliana, une prostituée bulgare de 21 ans, de ce qu'est sa vie, de ce que sont ses rêves...


    Iliana se livre assez difficilement. Faut dire que c'est pas évident de faire confiance à quelqu'un qui veut voir votre esprit alors que votre truc, c'est votre corps. Un corps qui sert de réceptacle à sperme aux gens qui paient. Oui, parce que c'est de cela qu'il s'agit.


    On se rendra compte que lorsqu'on parle de glauque pour évoquer la prostitution, on est encore loin de la réalité. On apprendra qu'une pipe doit durer 10 minutes (et franchement, 10 minutes quand on voit où ça se passe, ça relève de l'exploit), que les samedi soirs sont horribles, avec la peur de voir ceux des quartiers arriver et prendre une pute et la jeter après l'avoir frappée et lui être passés tous sur le corps, le soulagement quand ça arrive à une autre, on apprendra aussi que Iliana déteste les mecs qui viennent juste pour parler, qu'elle déteste le contact humain, qu'elle veut en rester, avec son client, à l'échange d'un trou vivant contre de l'argent. On apprendra aussi la crasse, les nausées devant la crasse de certains, on souffrira avec elle devant son histoire d'amour bancale avec un minable délinquant roumain de 24 ans, qui ne rêve que de sodomie et d'argent facile.


    Au final, un livre pas raquoleur du tout, sans pudeur mais sans voyeurisme inutile (tant pis), qui ne prétend pas évoquer une cause dans son ensemble mais qui parle d'une petite fille perdue dans un monde dans lequel son rôle se limite exclusivement à montrer son corps le plus possible dans l'espoir d'avoir un sexe inconnu dans la bouche en échange de 30 € ou d'avoir un sexe dans le sien pour 50 €. Oui, la prostitution, c'est ça, et à la fin, elle rencontre un millionnaire de 30 ans de plus qu'elle et elle l'épouse pour son argent, et il meurt peu de temps après et elle peut faire venir toute sa famille, et elle est heureuse, enfin. Non, je déconne.


    A la fin, elle essaie de s'en sortir, mais se rendra vite compte de la difficulté de la chose, l'argent facile (mais l'argent de la prostitution est-il vraiment de l'argent facile ? Parce que ce qu'on apprend aussi, c'est qu'on ne taille pas une pipe seulement avec sa bouche) ne se compensant pas.


    Un livre assez émouvant, écrit avec juste ce qu'il faut de distance, sans jugement définitif sur la prostitution, les clients et tout le bordel dont les féministes nous rabattent les oreilles à longueur de temps.


    Matthieu


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :