• Gaucherie – Les Gauchers (Yves Pages)

     

    Il est des livres qui semblent être écrits par ds doigts de fées, tant ils vous submergent d'émotions, tant ils vous rappellent des souvenirs émouvants... Des doigts de fées... Ben justement, le livre dont je voulais parler aujourd'hui n'a pas été écrit par des doigts de fées, mais plutôt par l'anus d'un lépreux diarrhéique. C'est pas un roman, c'est pas un récit... Oui, c'est un étron.


    C'est censé raconter l'histoire de gamins de 11 à 13 ans qui sont plus tout à fait socialisés, comme pourrait le dire ce bon Azouz Begag. Des gamins qui vont à l'école, mais qui n'ont pas vraiment de but, à part essayer de vivre pour leur bande. Enfin, c'est ce qui semble ressortir de ce livre. Tiens, j'ai oublié de dire le titre et le nom de l'auteur. Bon, je l'écris, mais c'est un truc qu'on n'est pas obligé de retenir, on peut oublier tout de suite. Ca s'appelle « les gauchers » et ça a été chié (oui, j'ose pas écrire « écrit », parce que des choses « écrites », ça peut être par exemple et au hasard « voyage au bout de la nuit ») par Yves Pagès.


    Donc, ces gamins racontent. Quoi ? Bof... Ils tentent de raconter, à l'aide d'un vocabulaire aussi étendu que la surface totale des champs de blés au Soudan leur espèce de vie de merde, avec les problèmes au collège, chez eux...

    Y'a juste un soucis au niveau du langage; bon, Yves Pagès est né en 1963 et il a écrit ce livre pendant la durée exacte de la guerre du Golfe (j'y reviendrai, parce que justement, j'ai un truc à dire là-dessus), soit 3 mois; il avait donc 38 ans au moment de la rédaction. Ben ça se voit. Parce que dans ce bouquin, des gamins de 11 à 13 ans parlent comme des gens d'une quarantaine d'années qui essaieraient de parler comme des gamins. C'est aussi naturel qu'une émotion de Jean-Luc Delarue, aussi consistant qu'une chanson de Pascal Obispo et aussi plausible que Pascal Sevran interprétant « à toutes les filles que j'ai aimé avant » (ou que Mimi Matty nous chantant « être la hauteur » si on préfère).

    Je vous donne des exemples, en vrac (enfin, je dis « en vrac », c'est pour être poli, parce qu'en fait, c'est pas du tout plus en vrac que la chose imprimée et pompeusement baptisée livre par un éditeur analphabète):

    « L'air de quoi tu nous troues la flûtes, Serge ? »

    « Conclu, je chique plus une voyelle, tout ravalé »

    Vous avez déjà entendu des mômes qui parlent comme ça vous ? A part dans la tête de certains mecs qui n'ont pas rencontré de jeunes de moins de 30 ans depuis des lustres...


    Sinon, quelquefois, ces gosses parlent comme le Momo de Romain Gary dans « La vie devant soi ». En prenant un mot pour un autre. Mais alors que chez Romain Gary cette naïveté avait quelque chose de touchant, ici, c'est simplement grotesque:

    « Facile, dans la vie, si on naît juif, on mange haché. D'accord, mais si on mange haché et qu'on n'est ni juif ni arabe ? Aucune chance, ou alors, une sur dix millions de chances »


    Dernier truc: ces gamins ne comprennent pas pourquoi la télévision diffuse des cartes de pays inconnus. Oui, ils comprennent pas que c'est la guerre du golfe. Alors il se trouve que, précisément, j'avais 12 ans à ce moment-là. Et qu'à moins d'être un fan de Bernard Werber inculte, moutonnier et abruti, il était impossible de pas se rendre compte, même à 12 ans (surtout à 12 ans ?) qu'il y avait une guerre en Iraq.


    Sur la page de présentation, l'éditeur présente cette chose (oui, même Pagès a pas osé appeler ça un roman, il a choisit le genre « rumeur ») comme un défi subversif... En même temps, si les protagonistes ne lisent que Yves Pagès, on comprend qu'ils soient stupides.


    Matthieu


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Yael
    Vendredi 19 Octobre 2007 à 11:23
    Excellent! :) ca fait un bien fou ton retour
    2
    Vendredi 19 Octobre 2007 à 12:39

    Ben je suis content de te revoir aussi ! Et aussi de revoir Abs, même si je souffre un peu quand je la vois


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :