• Gabrielle d'Estrées et une de ses soeurs (1595)

    Gabrielle d'Estrées et une de ses soeurs (1595) 

    Ce tableau est une huile sur toile dont les dimensions sont 95 x 125, qui se trouve au musée du Louvre. Il représente une brune pinçant le téton d'une espèce de blonde dans une baignoire dans laquelle on a plongé un drap, qui a la coiffe affro ds Jackson five dans les années 70, mais comme elle est blonde, elle est un peu ridicule du coup. Cette blonde un peu ridicule tient dans sa main gauche un anneau, tandisqu'une vieille est courbée sur son ouvrage au coin du feu en arrière plan.


    Donc, la personne qui a fait couler le bain (oui, les filles ne l'auraient pas fait elles-mêmes, elles étaient nobles) a eu l'idée saugrenue de foutre du linge à tremper dans la baignoire. Bon, c'est pas hyper hygiénique, puis en plus, y'aura intérêt à brosser le drap, sinon il risque d'être pleins de poils de chattes restés en rade après le débouchage de la baignoire.


    La blonde doit être légèrement SM, elle a l'air d'apprécier de se faire travailler le téton. Elle tient un anneau, dont elle souhaiterait probablement se servir comme cockring sur son amant, le bon roi Henri IV. Pour les non-inités, un cockring est un anneau en métal ou en caoutchouc ou lien en cuir, généralement à pressions, à placer à la base du sexe de l'homme avant érection, en vue de renforcer et de prolonger cette dernière pour accroître le plaisir au moment de l'orgasme (wikipédia).


    Je vous dis, entre le cockring et le travail du téton, la Gabrielle d'Estrées, elle devait être un peu SM quand même. Il lui manquait plus que la cagoule en cuir noir avec une fermeture éclaire sur la tête et la boule rouge dans la bouche pour parfaire sa tenue.


    Bon, sinon, y'a un truc hyper choquant dans ce tableau: pendant que les deux se gouinent dans la baignoire, derrière, y'a la vieille qui fait son tricot au coin du feu. Pas gênée, pas du genre à dire 'bon ben visiblement je dérange les filles, je me tire', non, elle reste là, et elle continue tranquillement son ouvrage. En jetant, certainement, un coup d'oeil de temps en temps. Oui, une voyeuse.


    Voilà donc un tableau qui nous montre une scène SM au premier plan avec une vieille lubrique derrière, qui, l'air de faire son tricot, mate en loucedé les deux filles en train de se gouiner dans une baignoire.


    La semaine prochaine, un autre décriptage culturel...


    Matthieu


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Yael
    Vendredi 19 Octobre 2007 à 19:04

    Moi j'adore tes critiques artistiques

    2
    Yael
    Vendredi 19 Octobre 2007 à 19:06
    (elles ont l'air legerement abruties quand meme. La souffrance, surement)
    3
    Vendredi 19 Octobre 2007 à 20:39

    Tu m'étonnes qu'elles ont l'air abruti. T'imagines le temps qu'il a fallu qu'elles restent dans le bain le temps que l'autre peigne ça ? A la fin, elles devaient avoir la peau plus ridée que les fesses de Régine


    4
    emanu124
    Samedi 20 Octobre 2007 à 10:58
    Dites-moi mon bon, ne feriez vous pas une légère fixette sur le SM ??? Un phantasme inassouvi éventuellement ???
    5
    abs
    Samedi 20 Octobre 2007 à 13:39
    Sans le savoir, tu viens de me plonger dans un enfer de souvenir. SAche que, mon frere et ma soeur, les GROS SADIQUES, adoraient ce tableau et qu'ils jouaient a me poursuivre partout pour me faire "gabrielle d'estrees" au nichon  et c les faisait rire de me voir hurler.
    Oui, j'ai bien souffert.

    mais la j'ai beaucoup ri.
    6
    Samedi 20 Octobre 2007 à 13:57
    MANU > Oh oui, des fantasmesinassouvis !!! Des fouets, des chaînes et des boules rouges dans la bouche vendues sur E-bay !!!

    ABS > Moi aussi j'ai beaucoup ri en lisant que ton frère et ta soeur voulait de faire "gabrielle d'estrees" au nichon... Non mais c'est vrai, c'est cruel de vouloir faire Gabrielle d'estrées au nichon de quelqu'un... Qu'est-ce que t'as du souffrir...
    7
    Samedi 20 Octobre 2007 à 16:31
    Juste pour préciser le vrai sens du tableau (quand même !...).

    Sur ce portrait, Gabrielle d'Estrées est enceinte d'Henri IV ; c'est pour le faire remarquer que sa soeur, la duchesse de Villiers, tient son téton (qui sera source de lait quelques mois plus tard), fait confirmé par la vieille dame en train de coudre de la layette à l'arrière-plan.
    Quant à l'anneau que tient Gabrielle d'Estrée, il s'agit d'une alliance, car, sans son décès prématuré lors de sa 4ème grossesse, quelques heures avant le mariage, Henri IV l'aurait épousée le 10 avril 1599 après annulation de son mariage avec Marguerite de Navarre (la reine Margot).
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :