• Cent ans de solitude – Mon siècle (Günther Grass)

     

    Evidemment, je vais pas parler de 100 ans de solitude, puisque c'est déjà fait. Non, je voudrais vous parler d'un truc qui est plus chiant qu'une branlette un samedi soir, un truc qui va me faire passer pour un stupide béotien, parce que si y'a un auteur que je n'arrive pas à lire, c'est celui de ce livre.


    Günther Grass est allemand. C'est une tronche, il a eu le prix nobel de littérature. Mais franchement, je sais pas comment il se démerde, mais ses livres sont tous plus soporiphiques les uns que les autres. J'ai tenté 57 fois de lire « en crabe », j'ai à chaque fois battu mon record personnel en allant plus loin dans l'écriture abrutissante du Maître, puisque j'en suis maintenant à la page 57.


    J'ai tenté de lire, et c'est de celui-là dont je voulais parler aujourd'hui: « mon siècle ». En fait, Günther Grass part de 1900 pour arriver... je sais pas trop où, et écrit une courte nouvelle sur chaque année qui passe. Avec des points de vue différents et tout, on se dit que ça doit être génial. Ben non, c'est pas génial, c'est Günther Grass. J'ai pas réussi à aller plus loin que 1919. Günther Grass, il devrait être remboursé par la sécurité sociale, parce qu'il est plus efficace que le Lexomil. Günther Grass, c'est le Xanax de la littérature.


    Sinon, il a aussi écrit « le tambour », un truc dont l'adaptation au cinéma (ou a la télé) est rediffusée régulièrement (à croire qu'ils ont les droits pour un siècle) par ARTE. C'est, je crois, l'histoire d'un petit garçon qui tape sur un tambour et qui arrête de grandir à un moment, qui voit sa mère niquer, puis qui retombe sur la tête et se remet à grandir. Oui, c'est pas très précis, mais j'avais 12 ans quand je l'ai vu, et j'ai jamais eu le courage de regarder une seconde fois.


    Bon alors puisqu'il faut, malgré tout, parler de « mon siècle »... Comment dire... En fait, dans ce bouquin, Günther Grass arrive à faire passer Stendhal pour un génie de la modernité (alors là, j'en vois déjà qui vont dire « non mais attend, mais arrête, Stendhal c'est hyper moderne »; oui ben faut pas déconner non plus, c'est classique Stendhal). Quand on lit Günther Grass, on a l'impression d'être assis sur un banc, posé sous un arbre qui nous procurerait un doux ombrage pour un après-midi du mois de mai, à ce moment précis où la lumière n'a pas encore décliné, mais où l'on sent clairement poindre le soir, pendant qu'un homme âgé d'une quarantaine d'années, vêtu d'un costume blanc qui pourrait provenir d'une de nos colonies, passe sur un vélocipède, la moustache au vent et le monocle sévèrement fixé sur le nez, un chapeau colonial vissé sur la tête.


    Voilà... Ca vous a donné une idée ? Ben Günther Grass, c'est ça sur des centaines de pages. Et quand je dis des centaines, c'est juste par rapport à celle qui se trouvent dans les volumes que j'ai tenté de lire. Pas à toutes celles qu'il a écrite.


    Günther Grass, c'est comme Picasso. C'est un génie, ce qu'il fait est magnifique. Certainement. Mais j'ai beau cherché, je vois pas où. Comme le Guernica de Picasso. Il m'émeut autant qu'un rouleau de sopalin.


    Matthieu


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    emanu124
    Mercredi 14 Novembre 2007 à 21:39
    Bergman me fait le même effet. Le gars est classé comme "the" génie du cinéma, ce qu'il est certainement d'ailleurs, mais au bout de 5 minutes d'un de ses films, soit j'ai la tête sur les genoux, soit je fais de la tachycardie, j'ai les mains qui tremblent, les yeux exorbités, l'air me manque et je cherche la sortie de la salle d'art et d'essai en pleine crise d'angoisse... Mais qui suis-je pour critiquer un génier. Et bien si, j'ose. Bergman c'est CHIANTISSIME...
    J'ai déjà du en parler dans une des mes notes. Excusez le radotage, c'est du à ma vieillerie...
    2
    Yael
    Jeudi 15 Novembre 2007 à 10:11

    j'adore la conclusion. Bon ben Grass hein, encore un classique que je ne lirais pas. Completement d'accord avec Emanu124 sur Bergman aussi.

    3
    Jeudi 15 Novembre 2007 à 21:29
    J'ai jamais osé regarder un Bergman... Puis maintenant qu'il est mort, je suis sûr de pas voir son prochain film
    4
    Abs
    Vendredi 16 Novembre 2007 à 14:24
    C'est un peu comme un blog de gens heureux gunther, non ?
    5
    Vendredi 23 Novembre 2007 à 13:17
    Marrant que tu parles de Grass sans évoquer son "Pelures d'oignon" ? http://bibliobs.nouvelobs.com/2007/10/15/pelures-d-oignon-de-gunter-grass
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :